8.6.a

 

Une fois que vous vous rendez compte que le chemin est le but et que vous êtes toujours sur le chemin, pour ne pas atteindre un but, mais pour apprécier sa beauté et sa sagesse, la vie cesse d’être une tâche et devient naturelle et simple, une extase en elle-même.

 

Nisargadatta

 

(Pour le jeu, les mots clés amenant à la page gagnante, sont dans le 8.6.b)

 

Cet article est un rappel de la vidéo, vous pouvez passez au 8.6.b par ce clique.

 

 

Après avoir peut-être entendu la deuxième vidéo de what the bleep, je vous propose juste de lire une partie de ce qui a été dit dans celle-ci, pour les visuels. Ce sont des phrases que j’ai choisi pour leur longue portée. Et oui, elles peuvent apporter de la lumière. Je vous propose de lire le texte comme quand vous dégustez un bon plat, vous prenez le temps et vous goûtez. Soyez en contact avec ce qu’il se passe en vous, jusque dans votre corps. Peut-être serez-vous étonné que votre corps perçoive et “vive” ces mots. Peut-être vous apercevrez vous que quand vous pensez, parlez, agissez, votre inconscient libère des informations en vous. Je vous propose d’en faire l’expérience.

 

Après cette lecture je vous propose d’aller à l’article 8.6.b et de faire exactement la même chose.

 

 

L’univers est en grande partie du vide.

 

 

La matière n’a aucune substance.

 

 

Il y a des choix qui peuvent guider le cours de la vie

 

 

La matière n’est pas ce que nous avons cru depuis longtemps.

 

Dans tous les atomes et molécules et dans l’espace qui les entoure, les particules n’occupent qu’une infime partie de l’atome ou de la molécule, les particules fondamentales. Le reste est constitué de vide. Les particules semblent apparaître et disparaître continuellement.

 

 

Ce n’est que dans notre conscience que nous avançons dans le temps.

 

 

Pour la physique fondamentale, c’est une énigme que nous puissions nous souvenir du passé et que nous n’ayons pas la même connaissance de l’avenir. De ce point de vue, c’est une énigme que nous puissions influer sur l’avenir et non pas sur le passé. Ces aspects, la différence d’accès au passé et à l’avenir, la différence d’influence de nos actes sur l’avenir et le passé sont tellement essentiels sur notre perception du monde, que si on ne s’intéresse pas à ces questions on vit comme une sorte de zombie.

 

 

Les choses ne sont pas constituées d’autres choses que d’idées, de concepts, d’informations.

 

Quand on ne regarde pas il y a des vagues de possibilités. Quand on regarde il y a des particules d’expériences.

 

Une particule qu’on imagine comme une matière solide existe dans ce qu’on appelle une superposition, une ample vague de positions possibles. Elle est partout à la fois. Au moment où l’on regarde, elle s’élance dans une des positions. La superposition quantique implique qu’une particule, puisse être simultanément à deux endroits ou se présenter sous deux formes. C’est une idée bizarre, c’est l’un des traits distinctifs du monde quantique.

 

Comment un objet peut-il être dans deux endroits à la fois ?

 

 

On pense que tout ce qui nous entoure est déjà une chose qui existe sans que nous n’intervenions ou que nous choisissions. Il faut renoncer à cette conception. A la place, il faut se rendre compte que le monde matériel qui nous entoure, les chaises, les tables, les chambres, les tapis, y compris la caméra, ne sont rien d’autre que des mouvements possibles de la conscience. Et parmi ces mouvements je choisis un moment. C’est la façon de penser qu’il faut assimiler, mais c’est un changement radical, car nous voyons le monde comme une entité indépendante de notre expérience. Il n’en est rien.

 

 

Il ne faut donc pas penser à des choses, mais à des possibilités. Des possibilités de la conscience.

 

 

La physique quantique calcule uniquement les possibilités. Une fois cela accepté, la question suivante s’impose : qui ou qu’est-ce qui choisit entre ces possibilités et crée donc l’événement ? Il est immédiatement évident que la conscience doit jouer un rôle. L’observateur ne peut pas être ignoré. Nous savons ce que fait l’observateur mais nous ne savons pas qui ou qu’est-ce qu’est l’observateur. Nous avons pourtant essayé de répondre à cette question. Nous sommes entrés dans votre tête dans le moindre orifice, pour découvrir l’observateur, mais il n’y en a pas. Il n’y a personne à la maison, personne dans le cerveau, personne dans le cortex cérébral, personne dans le sous-cortex ou dans le système limbique. Aucun observateur. Pourtant nous avons tous l’impression d’être l’observateur du monde. La compréhension de l’univers insensé, absurde, des particules quantiques et de leur manière de réagir est extrêmement complexe.

 

 

Attention, là, c’est le 8.6.a – voulez-vous aller au 8.6.b ? Alors photo et souriez.

 

 

Règles du jeu clic

 

Propositions bloggeuses/bloggeurs clic.

 

 

 

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. La science montrera peut être un jour que l’éveil est quelque chose de très simple et expliquera non moins simplement ce que nous appelons la petite mort. (7.6) | Le voyage du lâcher prise - 26/01/2013

    […] que votre première dent perdue a dit quand elle s’est faite emportée par la petite […]

Laisser un commentaire