Bien être – Mal être. Où est réellement la différence ?


Je ne suis ni intéressé par le bien être, ni par le mal être.

Pourquoi ?

Je suis intéressé par l’être !

Ah ! À Pierre, Paule, Jacques ?

Non, non, cela c’est l’individu, la personnalité, le moi.

Non l’être. Je te dis – je suis intéressé par l’être

 

 

 

 

 

 

Ah ! Alors regardons…regardez….expérimentez…expérimentons – petit – peut-on ?

L’énergie me porte, comme la page blanche porte l’écriture.

Est-ce que la page blanche est bonne ?

Est-ce que la page blanche est mauvaise ?

Est-ce qu’elle s’indigne envers une écriture en criant et maugréant :

Non, je ne veux pas de mots méchants”

ou

Non, pas de mots obscènes sur mon grain”

ou encore

Tu me dégoûtes, vas-t’en, tu es horrible !”

Non, non…

La page blanche accueille, pleine d’amour, de compassion.

Elle sait, peut être que “le lisant”, traduira à “l’écrivant” son opinion, jusqu’à temps que ce dernier réalise son état et, peut être encore, qu’il atteigne : le “sans état”

Ah ! Le sans état, Mais c’est quoi c’te bête ?

Et bien, le détachement de la page blanche, la page blanche n’a pas d’état d’âme, peut être même, qu’elle n’a pas d’âme non plus.

Si ici, vous buttez d’une quelconque façon sur l’idée de pas d’âme ou pas d’individualité, s’il vous plaît, posez-vous les questions suivantes :

Ai-je de la difficulté à croire ou à accepter ? Est-ce que l’idée me déplaît – moi, comme une page blanche ? Mais qu’est-ce que c’est (à prononcer avec effroi – bien sûr).

J’ai la conviction profonde que l’être est comme la page blanche, il accueille complètement le bien comme le mal, car la non dualité est à ce prix.

Je vends la non dualité – qui achète – venez ! Venez ! Braves gens ! Je vends la non dualité ! Non dualité à vendre !!!!!! Non dualité à vendre !!!!!

Heu… excusez-moi, je me suis emporté – Colchique ! Colchique ! Emporte dans le prés…..

Colchique ! Colchique ! C’est la fin de l’être – hé !

Colchique !

Colchique !

Et tu peux ici commenter.                                                                                                                                                                                                                                                                                                          


Aucun commenatire.

Laisser un commentaire