« La vie ne nous appartient pas – nous lui appartenons. »

 

Thanks to Garwee on SXC

En allant sur le blog de Sinje, blog que je trouve plus que plaisant et qui me ravit le coeur à chaque fois que j’y vais, je suis tombé sur un article qu’elle partage de Khalil Gibran sur les enfants :

Vos enfants ne sont pas vos enfants (Khalil Gibran)

Une femme qui portait un enfant dans les bras dit : « parlez-nous des enfants. » Et il dit : « Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous mais non de vous. Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas. Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées, car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes, car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves. Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous. Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier. Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés. L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et il vous tend de sa puissance pour que ses flèches puissent voler vite et loin. Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie, car de même qu’il aime la flèche qui vole, il aime l’arc qui est stable. »

(extrait du livre « Le Prophète » de Khalil Gibran)

Ce Texte m’inspire le texte suivant, merci Khalil Gibran.

Votre vie ne vous appartient pas.

Vous êtes la flûte qui la laisse ou pas, raisonner et chanter.

Elle vient à travers vous mais non par vous. Peu importe ce que vous faites, pensez ou même décidez et croyez – la vie reste la vie.

Vous pouvez lui donner votre acceptation mais pas votre validation – elle a sa propre volonté.

Vous pouvez influer sur son histoire mais pas sur son fondement – elle a sa propre logique.

Vous pouvez la guider et non la bloquer – comme l’eau, elle s’infiltre et continue son cours.

Elle est un grand huit qui s’étire à l’infini. Chacun d’entre nous passe, elle, elle reste imperturbable jusqu’à son vide immuable. Chercher à la plier, c’est se casser soi-même.

Vous pouvez vous attacher à hier, avoir peur de demain, elle suit sa lancée et vous découvre à votre propre pensée.

La vie est comme l’arc et la flèche dans sa trajectoire – puissante et fragile. Elle vient peut être d’ailleurs et nous rejoint toujours : ici.

Merci pour votre inspiration, réflexion, partage ou demande.

4 commentaires pour « La vie ne nous appartient pas – nous lui appartenons. »

  1. Michaela 03/03/2012 à 9:58 #

    J’avais découvert le texte de Khalil sur le blog de Sinje, ce soir je découvre le tien et je prends autant de plaisir ^^

    • Didier 04/03/2012 à 12:30 #

      Bonsoir Michaela – Merci pour ta visite et ton commentaire. Au plaisir – Ici ou sur ton blog. Didier

  2. Sinje 27/01/2012 à 10:33 #

    Grand bonjour Didier! et grand merci!
    Merci pour ton texte et tes idées.
    Revenir par ici et prendre du recul, cela résonne et me travaille!
    Grand soleil et belle fraîcheur de Bretagne.
    Sinje

    • Didier 27/01/2012 à 10:39 #

      Grand merci Sinje mit einem grossen Lächeln. (avec un grand sourire) celui du coeur.
      Didier

Laisser un commentaire