La science montrera peut être un jour que l’éveil est quelque chose de très simple et expliquera non moins simplement ce que nous appelons la petite mort. (7.6)

cerveau bizarreCet article est le sixième de l’événement : « Agir ? Réagir ? Mais qui ou qu’est-ce qui agit ou réagit ? ». Il offre en lecture, 7 articles dont chacun mène à une partie d’un huitième, l’article caché, soit 7 parties.

Là, débute le double jeu de cet événement. Une phrase dans chacun des 7 articles vous attend. Elle est facile à trouver car elle n’a rien à voir avec le texte et elle se distingue de lui. Cette phrase est à la fois un thème d’article (« les t’aime-sourires ») pour les blogueurs ou écrivains qui voudront participer à un e-book de publications humoristiques, et un moyen pour toutes et tous, d’accéder à l’article caché. Comment ? En trouvant le ou les mots liens. Il y en a deux à chaque « thème-sourire ». Les mots liens vous mèneront aussi à des mots-clés dans une citation en début des parties du huitième article.

Là arrivent les cadeaux dans ce jeu.

Pour connaître les règles du jeu “les mots vous sourienten un clic.

Pour connaître l’événement pour les blogueurs et écrivains en un clic.

L’événement est très fouillé et a beaucoup de détails, donc n’hésitez pas à me questionner.

wavesrule

Maintenant je reviens sur le sujet de cet article.

A l’instar de mon premier article sur la physique quantique via “The bleep do we know” et de la présentation de la première vidéo sur cette série, je vous invite à voir celle-ci après, avant de lire mes commentaires. Mon article sur la première vidéo l’introduit grandement.

Dans ce volet de la physique quantique, je vous propose un exercice d’ouverture, tout simple que j’utilisais en théâtre, il peut se suivre en deux temps :

1/ écoutez la ou les vidéos en étant dans votre corps, tranquillement assis, bien en sensation avec lui et laissez les mots entrer en vous, laissez-vous observer ce que cela crée en vous.

Si vous désirez lire ou relire l’article ou voir la première vidéo, avant, voici l’article en lien : “du vide à l’action et retour au vide”.

Soyez attentifs et réceptifs, si possible, laissez réfléchir votre mental comme votre vécu émotionnel.

2/ lisez ensuite mon commentaire, si possible à voix haute, laissez les mots exister en vous, prenez votre temps. Le commentaire parle de l’épisode entre Amanda (la sourde héroïne du film) et un jeune garçon basketteur.

3/ la phrase “t’aime-sourire” en fin de texte vous amènera à l’article caché, il y en a deux cette fois. Vous pouvez si vous le désirez procéder de la même manière. Simplement pour laisser votre inconscient prendre ce qu’il prendra, et vous en rendre compte.

PS – Si vous trouvez cette proposition louche, alors, ne vous forcez pas, lisez comme vous avez l’habitude, ce n’est pas grave.

On passe à la deuxième vidéo et on se retrouve ensuite ?


What the bleep do we know ! – partie 2/7 par viouu

En cas où le son ne fonctionnerait pas, RDV sur YouTub – Merci

Comment avez-vous trouvé le passage avec l’enfant ?

Dans cet article vous trouverez ci-dessous, deux développements :

1/ les dialogues et descriptifs qui se passent entre Amanda (la sourde héroïne du film) et le petit garçon en relation avec Dr Quantum, tirés du film.

2/ je me suis amusé à écrire une interprétation du significant de ce qu’il se dit dans la vidéo, vous trouverez donc cette version ci-dessous.

Cela dépend comment tu vois la réalité.

 

imagesPremière version, celle du film.

Amanda se dirige quelque part à grand pas. Elle a l’air quelque peu stressée. Puis un ballon de basket roule devant elle. Elle le regarde, ne sachant que faire. A sa droite se trouve un terrain de basket, au milieu un jeune garçon noir qui lui dit :

Le garçon : tu veux tirer un panier ?

Elle lance le ballon au garçon, légèrement agacée et continue son chemin. Le garçon la relance.

Allez sois sympa, viens jouer”.

Amanda regarde le ballon, puis le garçon qui insiste : “viens et joue

Le jeune garçon dit en montrant le ballon : “ tu vois, tu lui plais. T’as pas le temps de jouer contre moi ?

Amanda lui relance le ballon, en colère. Le garçon ne se démonte pas et lui renvoie aussitôt en lui disant: “t’as pas joué depuis combien de temps ?

Amanda est interloquée, elle commence à être un peu intéressée, elle regarde le garçon qui enchaîne :

allez t’as le ballon. Tire au panier.

Amanda s’apprête à tirer un panier, l’enfant l’arrête. “ Non non ! Là tu es hors-jeu ! Tu dois être dans le terrain.

Amanda traverse un champ vibratoire, elle est alors accueillie par le jeune garçon qui lui souhaite la bienvenue en déclarant : “ bienvenue dans le terrain Duke Reginald des Possibilités infinies

La jeune femme se laisse tenter et s’essaye à un panier. Elle éprouve du plaisir mais elle le rate. Déçue elle continue son chemin. Le garçon ne la laisse pas faire, il lui envoie un ballon avec un peu de force : “ règle du jeu : le dernier doit rentrer ”.

Amanda lui rétorque : “cela m’a fait mal.

Cela ne t’a même pas touchée.” Lui rétorque-t-il.

Amanda acquiesce mi amusée mi de mauvaise grâce. L’enfant surenchérit “et il n’est pas plein. Ce ballon est en grande partie vide. Cela n’existe que dans ton imaginaire.

Puis il lance le ballon en l’air qui arrive dans la voie lactée qui après un temps revient exactement en plein panier. “Splatch

L’enfant le récupère : “ comme je l’ai dit, il n’y a pas de contact. Je t’ai bien dit, il n’y a rien.

Amanda fait une sorte de grimace qui semble dire “mais c’est quoi cela ?

Le jeune garçon s’amuse à faire rebondir le ballon. On entend en fond : “ les électrons sont chargés et repoussent les autres avant le contact, donc personne ne touche rien.

L’enfant s’avance et lui met gentiment le ballon dans les mains. Amanda le prend et écoute l’enfant lui dire : “ donc personne ne touche rien

Amanda se demande ce qu’elle doit faire, l’enfant insiste : “ allez pose tes affaires, on ne te les volera pas. C’est mon terrain, t’en fais pas.” Amanda concède. Elle enlève son sac à dos tout en regardant autour d’elle, puis elle s’apprête à lancer le ballon dans le panier. Elle rate encore. L’enfant récupère le ballon. Amanda est quelque peu gênée. L’enfant lui dit : “cela fait combien de temps ?

Amanda le stoppe de la main en déclarant : “je vais être en retard !

Il lui renvoie le ballon dans un rebond tout en reculant presque à la vitesse de la lumière : “tu peux toujours remonter dans le temps.

Amanda se retrouve autrefois. Elle est vêtue d’un maillot bleu de basket, autour d’elle, des acclamations. Elle lance le ballon et marque. La sonnette du point retentit. Amanda est à nouveau dans son costume noir, elle est fort étonnée, regarde autour d’elle, elle n’a pas l’air de savoir où elle est”. L’enfant s’avance vers elle en souriant : “ qu’est-ce qu’il y a ? Tu te souviens ? Il est vide !

Amanda le regarde interloquée et lui demande : “ D’où tu sors tout cela?

Il sort une bande dessinée de sa poche arrière et tout en lui montrant lui déclare : “ je lis cela du DR Quantum et je sais que c’est vrai ! Alors je fais mes tours de magie au basket

Un jeune homme rentre dans le champ de force, il traverse le terrain. C’est le DR Quantum l’entraîneur. Il déclare : “je choisis toujours le prodige, il déstabilise les autres “ Puis il sort du champ de force.

L’enfant déclare : “ Dr Quantum dit qu’on est tous capable et qu’on le fait toujours chaque fois que l’on regarde.”

Amanda réfléchit en tournant sur elle-même.

Voici ce qu’il se dit et se fait pendant que l’enfant joue au ballon et que celui-ci se démultiplie en rebondissant partout.

Si on ne regarde pas, c’est une vague, si on regarde c’est une particule. Quand on ne regarde pas il y a des vagues de possibilités. Quand on regarde il y a des particules d’expériences. Une particule qu’on imagine comme une matière solide existe dans ce qu’on appelle une superposition, une ample vague de positions possibles. Elle est partout à la fois. Au moment où l’on regarde, elle s’élance dans une des positions. La superposition quantique implique qu’une particule, puisse être simultanément à deux endroits ou se présente sous deux formes. C’est une idée bizarre, c’est l’un des traits distinctifs du monde quantique.

L’enfant reprend, l’air sûr de lui.

Les super-héros utilisent la superposition, jusqu’à ce qu’on choisisse.

Amanda semble lui répondre : “quoi ? qu’est-ce que tu me dis là ?

L’enfant continue :“ les héros choisissent ce qu’ils veulent. Ils sont partout, peuvent tout. Jusqu’à ce qu’ils tombent à leur place.

Amanda n’en croit pas ses oreilles, mais elle a l’air de commencer à comprendre.

La question est : “ jusqu’où oses-tu aller

Amanda reçoit la question. L’enfant part en courant, il devient plusieurs, il devient ses propres partenaires de jeu qui se permettent de marquer le panier.

Amanda apparaît dans le champ de force, elle s’avance vers le ballon se baisse et le prend. Elle se voit partout dans la ville, partout où elle est, partout avec ce qu’il s’y passe. Elle joue et lance le ballon : panier. Elle est contente et satisfaite.

Bien joué !” dit l’enfant.

Comment un objet peut-il être dans deux endroits à la fois ?

pagnier basket

Deuxième version, celle venue de mon amusement et mon imaginaire.

Amanda se dirige quelque part à grands pas. Elle a l’air quelque peu stressée. Puis un ballon de basket roule devant elle. Elle le regarde, ne sachant que faire. A sa droite se trouve un terrain de basket, au milieu un jeune garçon noir qui lui dit :

Le garçon :” tu veux jouer à la vie ?

Elle lance le ballon au garçon, légèrement agacée et continue son chemin. Le garçon la relance.

Allez, laisse toi jouer à la vie !

Amanda regarde le ballon, puis le garçon qui insiste : “viens et vis

Le jeune garçon dit en montrant le ballon : “ regarde la vie se réjouit de toi. Tu ne veux pas te réaliser à travers elle ?

Amanda lui relance le ballon en colère. Le garçon ne se démonte pas et lui renvoie aussitôt en disant: “ cela fait combien de temps que tu es morte ?

Amanda est interloquée, elle commence à être un peu intéressée, elle regarde le garçon qui enchaîne : “vas-y, la vie est là. Croque dedans

Amanda s’apprête à tirer un panier, l’enfant l’arrête. “ Non, non l Tu ne te mets pas dans le jeu. Tu dois être dans l’expérience de ta vie.

Amanda traverse un champ vibratoire, elle est alors accueillie par le jeune garçon qui lui souhaite la bienvenue en déclarant : “ bienvenue dans l’espace du tout possible.

La jeune femme se laisse tenter et s’essaye à un panier. Elle éprouve du plaisir mais elle le rate. Déçue elle continue son chemin. Le garçon ne la laisse pas faire, il lui envoie un ballon avec un peu de force : “ règle du jeu : quand tu es dans la vie tu ne t’en vas pas. Tu y restes.

Amanda lui rétorque : “ cela m’a fait peur.

L’enfant lui rétorque : “ tu n’as même pas commencé avec cela !

Amanda acquiesce mi amusée, mi de mauvaise grâce. L’enfant surenchérit : “ elle n’a pas de volonté propre, juste une volonté de vie. Elle prend forme par ton imaginaire et ce qu’il s’y trouve. »

Puis il lance le ballon en l’air qui arrive dans la voie lactée qui après un temps revient exactement en plein panier. “Splatch”

L’enfant le récupère : “ comme je l’ai dit elle n’a pas de volonté, que de jouer avec rien.”

Amanda fait une sorte de grimace qui semble dire “mais c’est quoi cela ?

Le jeune garçon s’amuse à faire rebondir le ballon. On entend en fond : “les gens sont chargés d’informations qui les poussent aux besoins de protection et de sécurité, ils s’évitent tout en se rencontrant. Donc personne ne rencontre vraiment quelqu’un.

L’enfant s’avance et lui met gentiment le ballon dans les mains. Amanda le prend et écoute l’enfant lui dire : “ donc tout le monde est blessé par rien, ou par ses propres informations.”

Amanda se demande ce qu’elle doit faire, l’enfant insiste : “ allez viens, laisse tomber tes craintes. Si tu joues le jeu, tu n’as rien à craindre.

Amanda concède. Elle enlève son sac à dos tout en regardant autour d’elle, puis elle s’apprête à lancer le ballon dans le panier. Elle rate encore. L’enfant récupère le ballon. Amanda est quelque peu gênée, l’enfant lui dit : “ tu as oublié, tu ne sais plus n’est-ce pas ?

Amanda le stoppe de la main en déclarant : “ j’ai peur.”

Il lui renvoie le ballon dans un rebond tout en reculant presque à la vitesse de la lumière : “ souviens-toi ! Laisse ta vie faire !

Amanda se retrouve autrefois. Elle est vêtue d’un maillot bleu de basket, autour d’elle, des acclamations. Elle lance le ballon et marque. La sonnette du point retentit. Puis elle est à nouveau dans son costume noir, elle est fort étonnée, regarde autour d’elle. Elle n’a pas l’air de savoir où elle est”.

L’enfant s’avance vers elle en souriant : “ surprise, n’est-ce-pas ? Souviens-toi ! La peur est illusion !

Amanda le regarde interloquée et lui demande : “ mais d’où sais-tu tout cela ? ”.

Il montre tout autour de lui en déclarant : “ je le trouve dans la grande BD de la vie, simplement et je sais que c’est vrai. Je sais que je suis le magicien de mes jeux.

Un jeune homme rentre dans le champ de force, il traverse le terrain. C’est le DR Quantum l’entraîneur.

Il explique : “je choisis toujours le merveilleux, l’étonnant, l’incroyable. J’aime déstabiliser, provoquer, questionner, m’amuser ”. Puis il sort du champ de force.

L’enfant souligne : “ la vie nous montre comment et sur quoi nous la créons. A chaque fois, si nous regardons, nous pouvons nous en apercevoir. ”

Amanda réfléchit en tournant sur elle-même, peut-être réfléchit-elle à son stress, ses difficultés, en rapport à l’expérience qu’elle vient de faire… à quoi et sur quoi elle s’attache, à travers quoi elle vit. La vie est partout à la fois, dans cette pensée, cette émotion, cette façon, ce comportement…

Voici ce qu’il se dit et se fait pendant que l’enfant joue au ballon et que celui-ci se démultiplie en rebondissant partout.

Si on laisse les choses nous prendre, nous nous trouvons comme emportés dans une vague, si on regarde, nous pouvons nous apercevoir du détail. Quel détail ? Notre façon de prendre, de contourner ou d’utiliser l’information. Dans ce regard, le cerveau exécute un nombre X de possibilités. Suivant comment nous nous plaçons, nous enclenchons le possible et l’état d’âme qui en découle. Dans cet état d’âme, s’en superposent d’autres.

L’enfant reprend, l’air sûr de lui : “ le miracle de la vie utilise le multiple infini. Nous, nous prenons ce qui nous attire.

Amanda semble lui répondre : “ quoi ? Qu’est-ce que tu me dis là ?

L’enfant continue : “ si tu veux réaliser ce miracle, qui est dans la moindre chose, soit avec lui et que ta volonté soit faite. Ainsi tu es créé.

Amanda n’en croit pas ses oreilles, mais elle a l’air de commencer à comprendre. L’enfant poursuit :

La question est : que préfères-tu : la croyance ou la foi ? Le doute ou l’évidence ? La protection ou la vie ? La sécurité ou l’inconnu ? Le mystère ou la compréhension à tout prix ?

Amanda reçoit la question. L’enfant part en courant, il devient plusieurs, il devient ses propres partenaires de jeu où ils se permettent de marquer le panier.

Amanda apparaît dans le champ de force, elle s’avance vers le ballon se baisse et le prend. Elle se voit partout dans la ville, partout où elle est, partout avec ce qu’il s’y passe. Elle joue et lance le ballon : panier.

Elle est contente et satisfaite.

Bien joué ! ” dit l’enfant.

Comment une personne peut-elle être dans deux endroits à la fois ?

L’unité, peut-être !

wavesrule

Le septième article : la psychologie quantique une approche pour réaliser notre état d’unité.

Règle du jeu « les mots vous sourient » en un clique.

Evénement « agit ? Réagir ? Mais qui ou qu’est-ce qui agit ou réagit ? » pour blogueurs en un clique.

Qu’est-ce que votre première dent perdue a dit quand elle s’est faite emportée par la petite souris ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le jeu : « les mots vous sourient » | Le voyage du lâcher prise - 31/01/2013

    […] Septième article : La science montrera peut-être un jour que l’éveil est quelque chose de très simple et expli…. […]

Laisser un commentaire