Une pratique pour un art de vivre dans le lâcher prise.

 Jean Bouchart D’Orval, dans son livre : “Au coeur de l’instant – édition Almora”, écrit ces mots :

Qu’y a-t-il donc à faire ? Il n’y a pas vraiment de techniques ou de trucs à apprendre, sauf porter un regard juste, clair et honnête sur soi-même. Il ne s’agit donc pas d’une technique; insister sur une technique, c’est la peur. Ce qu’il convient de faire, c’est vivre, apprendre l’art de vivre. C’est l’art de sentir les choses telles qu’elles sont, sans constamment faire appel au commentaire et au jugement. C’est l’art de laisser la vie être ce qu’elle est, sans constamment réagir et intervenir dans les éléments de “sa vie” au nom de ce qu’on est pas. Au nom de qui prétendons-nous intervenir ? Au nom de ce que nous ne sommes pas ! Au nom de cette image fabriquée. “

Respirer, dans le lâcher prise?

Un espace en moi est appelé, comme happé par ces mots. Comme une douceur que je laisse émané. 

Personnellement, il m’a fallut pas mal me casser les dents, me heurter au cul de sac de mes illusions et à l’idée du “moi-même”, afin de simplement percevoir ce que cet homme dit tout haut ce qu’un homme n’ose penser même tout bas.

L’exploration continue bien sûr.

Pour y arriver, les techniques qui me semblent intéressantes sont celles qui aident à se rendre compte combien nous nous fourvoyons et nous nous coupons de ce que je nomme l’espace infini.

Mais aucune technique ne peut apporter l’art de vivrela joie de l’instant dans l’instant – nous en faisons l’expérience en la perpétuant ou pas – c’est un acte à pratiquer, c’est l’exercice de la présence, et la présence appelle un lâcher prise : accepter que les choses soient comme elles sont et non comme nous voulons qu’elles soient.

Commentaires 

5 commentaires pour Une pratique pour un art de vivre dans le lâcher prise.