Le bien et le mal sont un jeu destiné à nous faire prendre conscience de soi.

La plupart du temps nous croyons en « contre -conscience de soi »

Dans l’immensité immuable et sans pensée humaine, le bien comme le mal prennent leur essor dans un amour infini d’accueil et de liberté. Ici bas, la mort et la vie se réunissent laissant libre court à l’incarnation et où l’idée erronée de soi nous arrive à l’esprit et nous amène à nous entre choquer dans l’irréalité de la dualité.

Ainsi nous courrons à droite à gauche en disant :

Cela j’ai ! Cela je ne veux pas ! Cela j’ai ! Mais cela je ne veux pas !

ou…

Cela je veux ! Mais cela je n’ai pas ! Cela je veux… Mais cela je ne veux pas !

Pourtant au détour d’une grâce, l’image du moi peut nous apparaître fausse et peut nous aider à quitter le sceptique scepticisme comme nous donner le goût à l’acte de se donner corps et âme à cette immensité.

Il n’y a pas deux poids deux mesures.

Les notes œuvrent sur les deux tableaux et entre chacune d’elles, le silence les porte et les tient à sa clé… sans plus aucune mesure.

Alors juste le silence

Et derrière – RIEN

L’écoute du rien aide à prendre conscience de soi

En avant la musique, Monsieur Férré.

http://leo.ferre.musique.free.fr

Bisous à tout de suite ou à ta l’heure. 

Me contacter pour une séance en webcam.  

Aucun commenatire.

Laisser un commentaire