Quand la vie apprend le lâcher prise.

Merci à SXC.HU

Il était une fois un jeune tailleur de pierre qui se promenait dans un village. Soudain, un carrosse l’obligea à se mettre rapidement sur le côté pour ne pas être écrasé. Bien sûr, le désir de crier sans vergogne sur ce conducteur impoli le prit, et pour se faire il se retourna vers le diable de conducteur. Mais ses yeux observèrent l’acclamation des villageois que celui-ci recevait.

 Mais qu’est-ce – mais qu’est-ce ?” se demanda le tailleur de pierre. “Cet homme au carrosse est fort puissant, je veux devenir cet homme !” Alors, le tailleur de pierre pensa, imagina, pensa et repensa….et à force d’y penser…. devint cet homme au carrosse. Content, il allait de village en village acclamé, de ville en ville acclamé, de place en place… Puis un beau jour, le soleil fut plus chaud que d’habitude. Le soleil cognait dur, comme on dit, et ce bien sûr sur la tête du tailleur de pierre. Aï ! Il prit une insolation.

 Mais qu’est-ce – mais qu’est-ce ?” se demanda le tailleur de pierre. “Le soleil serait plus puissant que l’homme au carrosse ? Pas possible ! Je veux devenir le soleil ! Alors, le tailleur de pierre pensa, imagina, pensa et repensa….et à force d’y penser…. devint le soleil. Et dardar il darda ses rayons au sud, il darda ses rayons au nord, à l’est, à l’ouest, en bas, en haut. Il rayonnait de joie et se donnait à cœur de chauffer quelques têtes, bien sûr. Quand un beau jour… un petit nuage…se mit entre une tête et ses rayons. Il eut beau darder cela ne donnait, ne dorait rien.

 Désopilé, le tailleur de pierre se dit : “ Mais qu’est-ce – mais qu’est-ce ? Ce petit nuage serait plus puissant que le soleil qui était plus puissant que l’homme au carrosse ! Pas possible ! Je veux devenir le petit nuage ». Alors, le tailleur de pierre pensa, imagina, pensa et repensa….et à force d’y penser…. devint le petit nuage. Douillettement il se promenait mollement dans les cieux en planant dans les airs. Le soir, il dormait au crochet de la lune ou sur la pointe d’une étoile. Il s’amusait à gonfler comme une montgolfière ou à s’étirer à n’en plus finir le long de l’onde. Quand soudain, le vent vint à le pousser.

Mais qu’est-ce – mais qu’est-ce ?” se demanda le tailleur de pierre, “le vent serait plus puissant que le petit nuage qui était plus puissant que le soleil qui était plus puissant que l’homme au carrosse ? Pas possible ! Je veux devenir le vent ! » Alors, le tailleur de pierre pensa, imagina, pensa et repensa….et à force d’y penser…. bien sûr, devint le vent. Et le v’la donc à souffler par ci, à siffler par là, à pousser cahin cahan tout ce qui se présente sur son passage, à s’engouffrer dans les poches, à chiper les casquettes ou chopper les frêles feuilles. Quand un jour, il se retrouve arrêté. Net. Impossible d’avancer. Il redoubla d’efforts, pas moyen. Il y mit toutes ses forces, rien ne fit.

Mais qu’est-ce – mais qu’est-ce – une montagne ?” se dit le tailleur de pierre, “la montagne est donc plus puissante que le vent qui était plus puissant que le petit nuage qui était plus puissant que le soleil qui était plus puissant que l’homme au carrosse ? Pas possible ! Je veux devenir la montagne ! » Alors, le tailleur de pierre pensa, imagina, pensa et repensa….et à force d’y penser…. bien sûr, devint la montagne.

Au même moment, on entend : « Toc ! Toc ! Toc !”

Qui c’est ?

Le tailleur de pierre.

 

Suivez en commentaire….

Merci à SXC.HU

6 commentaires pour Quand la vie apprend le lâcher prise.