Quand les objets poétisent et nous chantent le chemin.

Photos de La Samaritaine, Paris
Cette photo de La Samaritaine est fournie gracieusement par TripAdvisorp lang= »fr-FR »>

Cet article est le deuxième de l’événement : « Agir ? Réagir ! Mais qui ou qu’est-ce qui agit ou réagit ? ».

Cet événement offrira en lecture, 7 articles dont chacun mènera à une partie d’un huitième, l’article caché, soit 7 parties.

Là débute le double jeu de cet événement. Une phrase dans chacun des 7 articles vous attend. Elle est facile à trouver car elle n’a rien à voir avec le texte. Cette phrase est à la fois un thème (« le t’aime-sourire ») pour les blogueurs ou écrivains qui voudront participer à un e-book d’articles humoristiques, et un moyen pour toutes et tous, d’accéder à l’article caché. Comment ? En trouvant le ou les mots liens, il peut y en avoir un ou deux à chaque « thème-sourire ». Les mots liens vous mèneront aussi à des mots-clés, là arrivent les cadeaux dans ce jeu.

Pour connaître les règles du jeu “les mots vous sourient” en un clique.

Pour connaître l’événement pour les blogueurs  en un clique.

 

Maintenant je reviens au deuxième article. Les choses vivent ! Ne le saviez-vous pas ? Tout est un et tout contribue à la vie, même nous. Dans cette contribution, l’amour fait son oeuvre et sert toute forme de vie avec générosité.

Muktananda, guide spirituel d’un mouvement dénommé le Syddha yoga, était en visite dans la capitale française il y a maintenant 30 ans. Sa venue était, bien évidemment, un événement pour les chercheurs francophones. Afin de l’organiser, une partie de ce petit monde s’était transformé en abeilles, œuvrant dans la ruche qui allait recevoir le maître bien aimé. Tout le monde était en rush car la réception se devait d’être une fête et l’envie de faire plaisir à celui que nous appelions aussi Baba était forte. Donc, des directives étaient mises en ordre et suivies.

 

Baba aime les gratte-dos.

Une d’entre elle consista à demander à une des abeilles de la région du sud de s’enquérir d’un gratte-dos.

“Gratte-dos, Gratte-dos ?” dit-elle “Mais où trouver cet objet ?” Sur quoi, il lui fût répondu qu’elle s’enquerrait vraisemblablement de la main magique, avenue des Champs Elysées. Voilà que l’abeille du sud s’envole pour cette célèbre artère parisienne.

Ainsi, notre cygalien zébré et dardé se retrouva en haut de ladite avenue, à savoir sur la place de l’étoile. Il n’en fallait pas moins pour l’événement ardemment attendu. Bien disposé, il descendit donc les Champs, rentrant dans toutes les boutiques où il lui semblait pouvoir trouver l’objet apprécié. A la fin de la descente il se retrouva sans ce bras délicat. Du bas du champ, il remonta l’avenue en sens inverse, revisitant boutique après boutique, résultat de la course : pas de gratte-dos.

Arrivé à la place de l’étoile où l’objectif lui semblait inaccessible, il ne se démonta pas et se mit, intérieurement, à chanter à Baba :

“Ecoute, Baba, si tu veux ton gratte-dos, peux-tu m’aider s’il te plaît ?”.

A ce moment, un taxi s’arrêta à quelques mètres, quelqu’un y grimpa et notre sud françois entendit : “ A la Samaritaine, s’il vous plaît ” (pour les francophones non français qui ne connaissent pas, la Samaritaine est un très grand magasin style Inno, rendu encore plus célèbre par une publicité qui énonçait “On trouve tout à la Samaritaine). Notre joyeux compagnon héla donc un fiacre du vingtième siècle pour se faire emmener à la samaritaine, effectivement comme un bon Samaritain.

 La poésie des objets.

« Un torchon et une serviette se sont inopinément rencontrés au détour du chemin. Le coup de foudre les a frappés. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Arrivé dans cet ancien très beau magasin au bord de la Seine, le chercheur spirituel en quête d’une main de Dieu entra au rez-de-chaussée pour s’adresser à la première vendeuse sur son chemin. Celle-ci ne put malheureusement pas le renseigner. Notre quêteur se retourna alors vers son Dieu incarné qui représentait l’universel de chacun d’entre nous, pour lui demander “S’il te plaît, Baba, aide moi, je ne sais où aller ni que faire”. A ce moment-là, les hauts parleurs du magasin diffusèrent :

“ Exposition chinoise au premier étage – Exposition Chinoise au premier étage ”.

Le fidèle, bien loin de Castro, s’engagea sur la première marche de l’escalier mécanique. Comme il regardait vers le haut, il vit une jeune femme du magasin indiquer d’un doigt unificateur, une certaine direction, tout en clamant à une collègue : “C’est là !”. Notre héros suivit donc la direction et se retrouva devant un coffre chinois d’une époque non exprimée avec tout un tas d’objet dans son ventre. Son regard fut attiré sur l’objet de son rêve qui dressait son manche travaillé par-dessus d’autres objets. En prenant l’objet il entendit alors “ On trouve tout à la Samaritaine”.

Les objets comme la vie, rigolent avec nous.

Quand il raconta cette histoire vraie à Muktananda, celui-ci lui répondit en riant : “Voici la poésie des choses”.

(Cette histoire est liée à l’article : Agir – Réagir – Actions automatiques.)

Histoire doublement étonnante puisqu’elle est vrai. J’ai une amie qui, quand elle a perdu un objet, elle l’appelle. Très souvent, elle le trouve de cette façon. Un maître spirituel a ri de la voir faire, et quand il l’a vu trouver l’objet il s’est encore plus amusé en exprimant : “pas si bête !”.

 

La vie nous réserve des surprises étonnantes. 

Et la phrase “t’aime-sourire” ? 

La deuxième partie de l’article caché vous y attend.

Le troisième article. Du vide à l’action et retour au vide.

 

 


7 commentaires pour Quand les objets poétisent et nous chantent le chemin.

  1. Sinje 07/01/2013 à 5:40 #

    Hello Didier !
    Super histoire! – Pas de hasard !
    Dans la cuisine, j’aime bien mêler les torchons et les serviettes, cela donne des saveurs étonnantes ! Cependant la souri me ne me laisse pas ‘passer’ grr et me renvoie sur une page non accessible – snif ! certainement un petit réglage …
    @plus
    Sinje

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le jeu : « les mots vous sourient » | Le voyage du lâcher prise - 07/01/2013

    […] Fenêtre deux : Quand les objets poétisent et nous chantent le chemin. […]

  2. Agir ou Réagir ! Mais qui ou qu’est-ce qui agit ou réagit ? | Le voyage du lâcher prise - 04/01/2013

    […] Fenêtre deux : Quand les objets poétisent et nous chantent le chemin. […]

  3. evenement agir reagir mais qui ou qu est ce qui agit ou reagit articles e-books cadeaux - 04/01/2013

    […] Fenêtre deux : Quand les objets poétisent et nous chantent le chemin […]

  4. Agir, Réagir et Actions automatiques, trois modalités d’actions différentes… | Le voyage du lâcher prise - 16/09/2012

    […] Pour mon besoin personnel j’ai publié cette histoire sur ma page dédiée à l’instant de l’être. Aussi par la magie Internet et par sa baguette magique, je veux citer le lien, je vous convie dans ma pâtisserie en cliquant ici. […]

Laisser un commentaire