Un thérapeute – 3 non sens pour une vérité (2)

Le détachement, détachement dans le sens « non attente » amène à un amour intense de la vie.

 

Rappel de l’enjeu.   

Open Me

A la suite d’un commentaire sur un article de Michel Diviné  : « Quels sont les liens entre trauma, croyance et comportement » (http://www.psytherapeute.com/trauma-croyance-comportement/) et sur mon article “Qu’est-ce que je désire réaliser avant de mourir ?”, Michel Diviné a fait le commentaire suivant :

« C’est bien de ton article dont je parlais…. et que j’avais lu et c’est pour cela que je te parlais de philosophie… (1) Attention à ne pas tout lâcher pour tuer l’ego. Il ne resterait plus grand chose. (2) Amour de la vie est plus important qu’amour du détachement. (4) A vouloir mourir pour tout lâcher on peut perdre sa vie. (3) Engagement signifie aussi prendre le risque de se tromper et d’apprendre. (5) Que voudrais-tu faire de concret avant de mourir ? », j’y ai vu une bonne occasion pour exposer certains concepts et visions tirés de mon apprentissage et de mon cheminement.

J’ai trouvé sa réponse inspirante de par :

Ses trois non sens :

– Il est impossible de tuer l’égo, vu qu’il n’existe que dans notre tête et le « pas grand chose » derrière est bien plus puisque c’est le tout (1..attention à ne pas tuer l’égo. Il ne resterait pas grand chose).

  • C’est quand nous sommes détaché que l’amour de la vie est le plus libre et le plus fort

    (2…Amour de la vie est plus important qu’amour du détachement…)

  • Par notre incarnation, nous sommes engagés que nous le voulions ou non et par la force des choses, obligés d’apprendre, déjà à partir de nos erreurs. Ainsi, l’action d’apprendre n’est pas un risque mais un devoir humain (3…engagement signifie aussi prendre le risque

    de se tromper et d’apprendre…)

Une vision différente :

Quand le concret cache l’inconcret et vice et versa. (5 … Que voudrais-tu faire de concret avant de mourir ?”

Une vérité :

J’ai aimé la mort et elle m’habite encore. (4 … A vouloir mourir pour tout lâcher, on peut perdre sa vie…)

Merci Michel.    

A son commentaire réponse à la phrase suivante : « L’amour de la vie est plus important que l’amour du détachement ».

Que veut dire « Amour de la vie », que veut dire « détachement »  et que serait « l’amour du détachement » ?

Personnellement j’ai mon interprétation, ma sensibilité en rapport à ces deux expressions. Chacun pourrait exprimer sa vision.

Ce serait sûrement plusieurs visions. Le point le plus intéressant me semble se porter simplement sur l’amour et peu importe à quoi celui-ci se rapporte.

Mais l’amour n’est pas attachement.

Nous avons tellement l’habitude de croire que l’amour est obligatoirement attaché à un objet, qu’il soit humain ou pas. Certes, nous commençons tous par l’expérimenter de cette façon.

Pourtant, l’amour n’a pas besoin d’objet.

Pourquoi ?

Parce qu’il est, tout simplement.

L’attachement appelle la peur, car le risque est de perdre, le détachement amène la liberté d’apprécier ou pas.

 

merci sxc.hu

Personnellement, je vous fais ma révérence, cher Amour. Nous courrons tous après vous en nous faisant tous une idée différente de ce que vous êtes. Vous devez rire de nous voir ainsi courir en attendant bien au chaud, sourire aux lèvres, dans le creux de notre coeur. Pourtant vous nous donnez toute votre attention, vous utilisez toutes les scènes de vie, toutes les situations pour nous donner les moyens, non pas d’avoir ce que nous voulons forcément avoir. Non. Pour vous rencontrer et réaliser votre grandeur en l’essence de notre joie.

Sais-tu de quel amour je parle, cher(e) lecteur/lectrice ? Peu importe comment vous le nommez ou le reconnaissez, cet amour ne se rencontre pas par la pensée, la croyance, l’idée, mais juste par l’abandon des masques identitaires que nous revêtons et construisons pour notre survie : j’appelle cela « le détachement ». Ceci nous donne la possibilité, derrière le voile, de percevoir, sentir, voir et entendre comme goûter ce que notre raison ne peut comprendre.

Pour cela, pas besoin de s’engager ou de prendre le risque de se tromper et d’apprendre, Michel Pierre ou Paul, c’est de toute façon compris dans l’emballage cadeau. Alors, cela demande quoi ?

A mon avis, et encore une fois, simplement d’être ! Encore une drôle de bête cet être, où nous y allons tous de notre chapelet de compréhension, et ne confondons pas simple et facile.

Vous voulez une recette pour y arriver ? S’il vous plaît ! Comment déploreriez-vous votre talent ? Pour ma part, à chacun d’expérimenter et d’accepter d’aller plus loin que sa logique mentale, cela demande le détachement qui n’est rien d’autre qu’un lâcher prise. Mais sur quoi ?

Sur ce que nous croyons être – bou diou !

Quant à l’amour du détachement, je ne sais pas ce que Michel entend. Mais je vais témoigner de ceci : beaucoup de gens imaginent que lorsqu’une personne est détachée elle n’a plus d’émotions. C’est absolument faut, car comme il n’y a plus de blocages sur une de celles-ci ou d’intérêt à l’une pour en cacher une autre, il n’y a donc pas d’obstacles à les ressentir c’est-à-dire : les vivre. Et c’est justement là une des clés de l’amour de la vie.

Les articles liés à “un thérapeute son commentaire – 3 non sens pour 1 vérité” :

1/ Faut-il tuer l’égo ? 

2/ Le détachement du moi amène à un amour intense de la vie.

3/ Le suicide quel qu’il soit est une réponse à l’incompréhension de sa vie.

(à publier le 4 juillet 2012)

4/ Une vie magique (Partie 1) (à publier le 25 juin 2012)

Une vie magique (Partie 2) (à publier le 29 juin 2012)

5/ Quand l’irréel se concrétise… (à publier le 14 juillet 2012)

C’était demain. (à publier le 9 juillet 2012)

L’article sur le commentaire :

Qu’est-ce que je désire réaliser avant de mourir.

S’exprimer, c’est donner l’occasion à quelqu’un d’être inspiré.

 

3 commentaires pour Un thérapeute – 3 non sens pour une vérité (2)

  1. Didier 21/06/2012 à 10:54 #

    Bonjour Michel,

    Je t’ai laissé un salut sur l’un de tes blogs. dis moi tu as l’art de répondre en posant des questions toi ! Je te réponds par des petits cailloux. (je ne sais pas mettre un émoticon – dommage) A plus.

  2. grandtout 21/06/2012 à 6:56 #

    Amour du détachement est le désir de ne pas en avoir, comme le préconisent hindouistes et bouddhistes. Certains parlent de « Tuer l’ego ». Amour de la vie est la confiance dans la vie donnée par les parents.
    L’un est terrestre, l’autre ne l’est pas. Lequel préfères-tu ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Une vie magique – Partie 1 | Le voyage du lâcher prise - 25/06/2012

    […] 2/ Le détachement du moi amène à un amour intense de la vie. […]

Laisser un commentaire